Samedi 24 février

C'est la saint Modeste

Lire : Jacques 2. 23-26

Cette méditation a été écrite par le Pasteur Ludwig et elle est publiée avec son aimable collaboration

Mot d'ordre (suite)

Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.



Quand on veut tester l'authenticité d'un objet, on a intérêt à l'examiner sous plusieurs angles pour en déceler les défauts. Jacques fait cela avec la foi.

Tandis que Paul souligne la thèse de la foi sans les œuvres, Jacques ose presque prendre le contre-pied : il défend la thèse de la foi avec les œuvres, non pas pour contredire Paul, mais pour souligner d'une manière très forte que la foi authentique porte nécessairement de bons fruits. Ainsi la foi authentique est justifiée par ses œuvres, ou ses fruits. La foi porte toujours le label des bons fruits, sans quoi elle n'est qu'une caricature, une tromperie. Il faut prêcher cette vérité à ceux qui se trompent de grâce disant: puisque la grâce sauve sans les œuvres, eh bien vivons sans nous soucier des fruits.

Il faut aussi prêcher cette vérité à tous les croyants qui sont tentés d'entretenir de faux discours par lesquels ils finissent par se construire une fausse piété. Se vantant du précieux dont de la grâce gratuite, ils deviennent négligents par rapport aux bonnes oeuvres. Bref, ils tiédissent. Ils courent le risque d'une foi morte Voyez comment Paul et Jacques sont les deux gardiens d'une foi toujours bien fondée et bien vivante ! Seigneur donne-moi une foi toujours bien vivante !