Mercredi 23 août

C'est la Sainte Rose



Lire : Matthieu 9:1-8



LE PARDON DES PECHES



Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés (Matthieu 9:2)

Ces paroles comptent parmi les plus belles qu’il soit donné à un homme d’entendre ! Voici donc ce paralytique définitivement débarrassé de ses péchés, qui constituent pour tout homme un obstacle à l’entrée dans la vie éternelle.

Cependant, j’imaginerais volontiers que dans un premier temps, cet homme a été très déçu par les paroles du Christ. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce malade était venu pour autre chose : que pouvait bien espérer un homme paralysé, allongé sur une civière ? Or Jésus ne lui dit pas : « Lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison » ; du moins pas tout de suite. Mais « Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés ».

Je pense donc que le paralytique a non seulement été surpris, mais sans doute déçu ; lui qui espérait tant pouvoir tenir sur ses jambes ! Vous ne pouvez pas ne pas avoir remarqué l’ordre des choses : d’abord, le pardon des péchés, ensuite la guérison ; d’abord l’âme, ensuite le corps.

C’est une leçon très importante : le péché est une maladie beaucoup plus grave que la paralysie, que le cancer ou le SIDA.

C’est LE problème à régler en priorité. C’est par là qu’il faut commencer. Ce devrait aussi être la première chose pour laquelle vous priez ; même quand vous êtes malades. Même gravement malades. Ensuite, vous prierez pour la guérison. Et vous voyez bien que Jésus n’a pas du tout oublié : il a si bien guéri le malade qu’il a pu se lever, marcher et même porter sa civière. Jésus trouvera aussi la solution à votre problème.


Cette méditation a été écrite par le Pasteur Bohy et elle est publiée avec son aimable collaboration